COMMENT GUERIR LES BLESSURES DE SON AME ?

luz-joy-coaching-nantes-lise-bourbeau-les-cinq-blessures-qui-empechent-d-etre-soi-meme


Dans son livre Les 5 Blessures qui empêchent d’être soi-même, Lise Bourbeau parle des blessures de notre âme, vécues d’une incarnation à l’autre, que l’on revit dès notre tendre enfance… et toute notre vie, si on ne les guérit pas, ne les accueille pas.




Les 5 principales blessures d’âme


L’abandon

Cette blessure est vécue avec le parent du sexe opposé (ou la personne qui a joué ce rôle de parent).
La personne ne s’est pas sentie nourrie affectivement. Elle ressent beaucoup de tristesse, au fond d’elle, et recherche la présence des autres, leur attention, leur soutien.
Le masque que la personne peut porter (quelques minutes par semaine ou constamment), pour se protéger, est le masque de « dépendant ». Elle fusionne facilement avec les autres, et a tendance à être victime.
Sa plus grande peur est la solitude.

luz-joy-nantes-coaching-blessures-ame-2
L’humiliation

Cette blessure est souvent vécue avec la mère (ou la personne qui a joué ce rôle de parent), mais pas toujours. L’humiliation peut être vécue dans les domaines de la sexualité, la propreté, l’apprentissage, la parole et l’écoute.
Le masque que la personne peut porter (quelques minutes par semaine ou constamment), pour se protéger, est le masque de « masochiste », croyant ainsi éviter de vivre de l’humiliation.
La personne recherche la douleur et l’humiliation, souvent de manière inconsciente.
Sa plus grande peur est la liberté.

luz-joy-nantes-blessures-ame-coaching
L’injustice

Cette blessure est vécue avec le parent du même sexe (ou la personne qui a joué ce rôle de parent). La personne souffre de la froideur de ce parent, de son incapacité à sentir et s’exprimer.
Le masque qu’elle peut porter (quelques minutes par semaine ou constamment), pour se protéger, est le masque de « rigide ».
La personne vit souvent la colère, et la ressens surtout contre elle-même.
Sa plus grande peur est la froideur.

luz-joy-nantes-coaching-blessures-ame
Le rejet

Cette blessure est vécue avec le parent du même sexe (ou la personne qui a joué ce rôle de parent). La personne ne s’est pas sentie accueillie ou acceptée par lui. Elle se sent rejetée dans son être et dans son droit d’exister.
Le masque qu’elle peut porter (quelques minutes par semaine ou constamment), pour se protéger, est le masque de « fuyant », vouloir ne pas prendre trop de place.
La personne craint d’être rejetée, s’attire des circonstances dans lesquelles elle sera rejetée, et a tendance à rejeter également, pour ne pas souffrir.
Sa plus grande peur est la panique.

luz-joy-nantes-coaching-ame-blessures-rejet
La trahison

Cette blessure est vécue avec le parent du sexe opposé (ou la personne qui a joué ce rôle de parent). La personne se sent trahie chaque fois que le parent ne tient pas sa promesse ou qu’il trahit sa confiance.
Le masque qu’elle peut porter (quelques minutes par semaine ou constamment), pour se protéger, est le masque de « contrôlant », pour ne plus être trahie.
La personne a une grande peur de l’engagement, qui vient de la peur du désengagement.

luz-joy-guerir-nantes-ame

Une phrase de l’auteur, que j’aime beaucoup :

« Le parent du même sexe a pour rôle de nous apprendre à aimer, à nous aimer et à donner de l’amour. Le parent du sexe opposé nous apprend à nous laisser aimer et à recevoir  de l’amour. »


luz-joy-nantes-coaching-guerir-ameLise Bourbeau explique bien dans son livre que ce sont les blessures ressenties par notre âme, qui nous ont conduit à avoir ce type de parent, à vivre ces situations et revivre les blessures… pour guérir.

Nos plus grandes souffrances peuvent être de formidables expériences initiatiques, si on décide de les voir comme telles, et de les accueillir, les aimer… pour grandir, et rayonner l’être de lumière que nous sommes.

Il existe bien d’autres sortes de blessures d’âme, qui elles, sont liées à des événements traumatiques (accidents, violences, morts brutales) vécues dans cette vie ou dans d’autres incarnations.
Qu’il s’agisse des blessures principales de l’âme, ou des blessures liées à des événements particuliers, je conseille ces quelques pistes pour guérir notre petit cœur

Comment en guérir ?

luz-joy-nantes-soin-ame-son-blols-tibetains-coaching

Je vous conseille de vivre des soins, en étant dans un état de conscience modifié : que ce soit avec un soin énergétique (soin de l’âme) comme j’en propose, un soin en hypnose spirituelle, un soin avec les sons (sonothérapie).

luz-joy-accueillir-emotions-ame-nantes-coaching-bien-etre



Par l’intention, et par l’accueil de nos émotions. En faisant preuve de beaucoup de patience, d’amour et d’accueil vis-à-vis de nous-même, qui souffrons… car la clé est l’expansion du cœur, d’abord vis-à-vis de soi.

luz-joy-guerir-ame-pacte-ame-nantes-coach-bien-etre-guerir-blessures

En se reliant au moment du pacte d’âme, d’amour, entre nos parents et nous, comme c’est le cas parfois lors d’une séance d’hypnose spirituelle. 

 

luz-joy-meditation-guidee-guerir-ame-nantes-coachingCertaines méditations guidées nous aident à guérir. Je pense notamment à celles de Sophie Riehl : « Méditation de l’enfant intérieur », « Méditation du miroir », « Instaurer en soi le modèle de parents divins » (à faire après celle sur l’enfant intérieur ; pour dépasser les blessures vécues avec nos parents, et ressentir la sécurité affective), « La véritable sécurité affective, être dans sa présence divine ».

luz-joy-guerir-ame-meditation-nantesEn méditant. Cela nous relie au grand Tout, nous fait ressentir l’énergie d’amour qui existe partout dans l’univers, permet de relativiser nos vécus humains et nous relie à notre conscience supérieure. Nous ressentons que nous sommes tous reliés, tous aimés, et que tout va bien. 

luz-joy-prendre-soin-soi-nantes-guerir-ame-coaching-nantes


En prenant s
oin de soi, en se mettant en priorité, osant rêver grand pour soi, car nous sommes tous des lumières d’éternité, faites pour rayonner.



L’amour, l’amour, l’amour est la clé.
S’accueillir, choisir de se voir avec un regard bienveillant, quand nous avons des blessures.
La patience, la non-attente… tout viendra au moment parfait pour nous.
L’amour de la vie… et de soi.


REVENIR À LA LISTE DES ARTICLES DU BLOG
———–
Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le sur les réseaux sociaux 🙂